Manuel du guerrier de la lumière

Ce livre se dévore en quelques heures, se lit et se relit Et il éclaire notre chemin.
Il est fait de 133 chapitres qui sont chacun une histoire d’à peine une page.
Aussi, je ne vais pas vous le résumer mais seulement vous en offrir quelques extrait.

Prologue:

 

 

Un petit garçon croise une magnifique femme qui lui demande si il connait l’ile et le temple qui se trouve près du village. Il ne connait pas cet endroit, s’y rend, et ne voit rien. Il demande aux pécheurs qui lui répondent que l’ile à disparue engloutie et que parfois on entend sonné les cloches du temple. IL resta des jours et des jours auprès de la plage pour entendre les cloches car ne pouvait pas croire qu’on lui ait menti. Ces camarades se moquaient de lui. Les pécheurs lui répétaient  qu’ils les entendaient.Après une année, il retourna jouer avec ses copains. Il était heureux car il avait appris à contempler la nature. Maintenait il écoutait le bruit de vagues , de la mer et des mouettes, les cris de ses copains qui s’amusaient..Il remercia la vie.et soudain, il entendit une cloche puis toutes les cloches sonner.
Devenu homme, il revint au village et se rendit su la plage écouter le chants de mouettes et le bruits des vagues. A sa grande surprise, la dame de son enfance l’attendait.

“Elle lui tendit un cahier bleu, dont les feuilles étaient vierges. « Écris : un guerrier de la lumière prête attention au regard d’un enfant, parce que les enfants savent voir le monde sans amertume. Lorsqu’il désire savoir si une personne est digne de confiance, il la regarde avec les yeux d’un enfant. – Qu’est-ce qu’un guerrier de la lumière ? – Tu le sais, répondit-elle en souriant. C’est celui qui est capable de comprendre le miracle de la vie, de lutter jusqu’au bout pour ce en quoi il croit, et – alors – d’entendre les cloches que la mer fait retentir dans ses profondeurs. » Jamais il n’avait jugé qu’il était un guerrier de la lumière. La femme parut deviner ses pensées. « Tout le monde en est capable. Et personne ne se juge un guerrier de la lumière, bien que tout le monde puisse l’être. » Il regarda les pages du cahier. La femme sourit de nouveau. « Écris », répéta-t-elle.

Extraits des chapitres

“Un guerrier de la lumière n’oublie jamais la gratitude.
Un guerrier n’a nul besoin qu’on lui rappelle l’aide que lui ont prodiguée les autres ; il se souvient tout seul, et partage avec eux la récompense.

Un guerrier de la lumière ne compte pas seulement sur ses propres forces ; il se sert aussi de l’énergie de son adversaire.
Un guerrier de la lumière ne triche jamais ; mais il sait distraire son adversaire.
J’ai rencontré tant de gens qui – à la première occasion – tentent de montrer le pire d’eux-mêmes. Ils cachent leur force intérieure derrière l’agressivité ; ils masquent leur peur de la solitude sous un air d’indépendance.
Il sait que la persévérance n’a rien à voir avec l’obstination.
Le guerrier comprend alors que la répétition des expériences a une unique finalité : lui enseigner ce qu’il n’a pas encore appris.
Un guerrier ne passe pas ses jours à tenter de jouer le rôle que les autres ont choisi pour lui.
Souvent, ils passent des nuits éveillés, à penser que leur vie n’a pas de sens.
Le guerrier de la lumière ne craint pas de paraître fou.
Le guerrier sait qu’il n’existe pas de « meilleur » ou de « pire » : chacun possède les dons nécessaires à son chemin individuel.
Un guerrier de la lumière ne perd pas son temps à écouter les provocations
Il vérifie toujours son bagage, qui se compose de trois éléments : foi, espérance et amour.
Le guerrier de la lumière sait que nul n’est idiot et que tout le monde peut apprendre de la vie . Il donne toujours le meilleur de soi et attend toujours le meilleur des autres.
Tout guerrier de la lumière a trahi et menti par le passé. Tout guerrier de la lumière a déjà perdu la foi en l’avenir. Tout guerrier de la lumière a souffert pour des choses sans importance.
Tout guerrier de la lumière a blessé quelqu’un qu’il aimait.  Il n’a pas perdu l’espoir de devenir meilleur.
Cependant, au moment de prendre une décision, le guerrier va de l’avant : il ne doute plus de son choix, ni ne change de parcours si les circonstances sont différentes de ce qu’il imaginait. Si sa décision est la bonne, il gagnera le combat – même s’il dure plus longtemps que prévu. Si sa décision est mauvaise, il sera vaincu et devra repartir de zéro – mais avec plus de sagesse.
Le guerrier de la lumière médite.
Un guerrier de la lumière a besoin d’amour. L’affection et la tendresse font partie de sa nature – autant que la nourriture, la boisson, et le plaisir qu’il prend à mener le Bon Combat.
Un guerrier de la lumière peut choisir la solitude, mais il ne la subit pas.
Bien qu’il connaisse son objectif, le chemin pour y parvenir n’est pas toujours celui qu’il imaginait. C’est pourquoi le guerrier use de discipline et de compassion.
Il accepte, sans se plaindre, que les pierres du chemin tracent sa voie à travers les montagnes. En cela réside la force de l’eau : jamais un marteau ne peut la briser, ni un couteau la blesser. L’épée la plus puissante du monde est incapable de laisser une entaille à sa surface. L’eau d’une rivière s’adapte au terrain, sans jamais oublier son objectif : la mer. Ténue à sa source, elle acquiert peu à peu la force des fleuves qu’elle rencontre. Et, au bout d’un moment, son pouvoir est total.
Un guerrier de la lumière ne reste jamais indifférent à l’injustice.
Un guerrier de la lumière est au monde pour aider ses frères, non pour condamner son prochain.
Avançant lentement, il note la fermeté de ses pas. Il sait qu’il participe à un moment décisif de l’histoire de l’humanité, et qu’il doit changer lui-même avant de transformer le monde.
Un guerrier de la lumière se décourage souvent.
Mais il est têtu, et il n’abandonne pas ce qu’il a décidé de faire.
Alors, au moment où il s’y attend le moins, une porte s’ouvre.
Mais il sait que le pardon ne l’oblige pas à tout accepter. Un guerrier ne peut baisser la tête – sinon, il perd de vue l’horizon de ses rêves.
Le guerrier de la lumière connaît l’importance de l’intuition.
Son âme est libre comme les nuages dans le ciel, mais il est responsable de son rêve. Sur son chemin librement choisi, il doit se réveiller à des heures qui ne lui conviennent pas, parler avec des gens qui ne lui apportent rien, consentir à certains sacrifices. Ses amis commentent : « Tu te sacrifies inutilement. Tu n’es pas libre. » Le guerrier est libre. Mais il sait que, dans un four ouvert, le pain ne cuit pas.
Il sait qu’il ne peut pas lutter seul ; quel que soit son projet, il dépend toujours d’autres personnes.
Le guerrier de la lumière sait que tout le monde a peur de tout le monde. Cette peur se manifeste en général de deux façons : par l’agressivité ou par la soumission. Ce sont les deux faces du même problème. Pour cette raison, quand il se trouve devant quelqu’un qui lui inspire de la peur, le guerrier se rappelle que l’autre aussi ressent l’insécurité. Il a surmonté des obstacles semblables, il a traversé les mêmes difficultés. Mais il sait mieux affronter la situation. Pourquoi ? Parce qu’il utilise la peur comme un moteur, et non comme un frein. Alors le guerrier apprend de l’adversaire, et il agit comme lui.
Pour le guerrier, il n’existe pas d’amour impossible. Il ne se laisse pas intimider par le silence, par l’indifférence ou par le rejet. Il sait que, derrière le masque glacé dont se servent les gens, il y a un cœur de braise. Aussi le guerrier prend-il plus de risques que les autres. Il cherche sans répit l’amour de quelqu’un – même si cela implique d’entendre souvent le mot « non », de rentrer chez soi vaincu, de se sentir rejeté corps et âme. Un guerrier ne se laisse pas effrayer quand il cherche ce dont il a besoin. Sans amour, il n’est rien.
Parce qu’il a la certitude que sa pensée peut changer sa vie, sa vie se met à changer. Parce qu’il est certain qu’il va trouver l’amour, cet amour apparaît. De temps en temps, il est déçu. Quelquefois, il se blesse.
Le véritable guerrier de la lumière accepte le pardon.
Le guerrier de la lumière cherche toujours à s’améliorer.
Un guerrier de la lumière est digne de confiance.
– Les idées que tu défends publiquement, il faudra t’efforcer de vivre en accord avec elles », répond son cœur. C’est parce qu’il pense être ce qu’il dit que le guerrier finit par devenir ce qu’il affirme être.
Ce qui noie quelqu’un, ce n’est pas le plongeon, mais le fait de rester sous l’eau. » Et le guerrier rassemble toutes ses forces pour sortir de la situation dans laquelle il se trouve.
Souvent la défaite frappe à la porte du guerrier. Dans ces moments-là, il reste silencieux. Il ne dépense pas son énergie en vaines paroles ; mieux vaut dépenser ses forces pour résister, être patient.
Un guerrier ne tente pas de paraître, il est.
Un guerrier de la lumière est toujours engagé. Il est esclave de son rêve, et libre de ses pas.
Les guerriers de la lumière se demandent fréquemment ce qu’ils font ici. Souvent ils trouvent que leur vie n’a pas de sens. C’est pour cela qu’ils sont des guerriers de la lumière. Parce qu’ils se trompent. Parce qu’ils s’interrogent. Parce qu’ils continuent de chercher un sens. Et ils finiront par le trouver.
il prête attention aux gestes qu’il accomplit machinalement – comme respirer, cligner des yeux ou observer les objets autour de lui.
Un guerrier de la lumière connaît le pouvoir des mots.
Le guerrier de la lumière connaît la valeur de la persévérance et du courage.
Quand il gagne une bataille, le guerrier fait la fête. Cette victoire lui a coûté de durs efforts, des nuits de doute, des jours d’attente interminable. Depuis les temps anciens, fêter un triomphe fait partie du rituel de la vie : la célébration est un rite de passage.
Le guerrier de la lumière partage avec les autres sa connaissance du chemin. Celui qui aide est toujours aidé, et il a besoin d’enseigner ce qu’il a appris. Aussi s’assoit-il près du feu pour raconter comment s’est passée sa journée de lutte. Un ami murmure : « Pourquoi parler aussi ouvertement de ta stratégie ? Ne vois-tu pas que, en agissant ainsi, tu cours le risque de devoir partager tes conquêtes avec les autres ? » Le guerrier se contente de sourire et ne répond pas. Il sait que s’il parvient au terme de son voyage dans un paradis vide, son combat n’en aura pas valu la peine.
Un guerrier de la lumière n’a pas de « certitudes » ; il suit un chemin auquel il cherche à s’adapter en permanence.
la peur est un signal d’alarme. Ne courons pas de risque.

Epilogue:

Adieu, dit-elle. Tu savais que les cloches au fond de la mer n’étaient pas une légende ; mais tu n’es parvenu à les entendre que lorsque tu as compris que le vent, les mouettes, le claquement des feuilles de palmiers, tout cela faisait partie du tintement des cloches. « De même, le guerrier de la lumière sait que tout ce qui l’entoure – ses victoires, ses défaites, son enthousiasme et son découragement – fait partie du Bon Combat. Et il saura recourir à la stratégie adéquate au moment où il en aura besoin. Un guerrier n’a que faire de la cohérence. Il apprend à vivre avec ses contradictions. – Qui es-tu ? » demanda-t-il. Mais la femme s’éloignait déjà, marchant sur les vagues en direction de la lune qui se levait.

 

Coelho, Paulo. Manuel du guerrier de la lumière

 

J’espère que cet article vous a donné envie de lire ce livre .

Merci.

 

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    889
    Partages
  • 889
  •  
  •  

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *