Nou la di, Nou la fé ou Le désir ardent… 3 semaines d’absences: explications.

Ca faisait un moment que mes retrouvailles avec Franswa étaient programmées. Ca ne pouvait pas tomber mieux: Pas de réseau, de la marche et du géranium rosat!
J’ai parfois l’impression d’être comme une none : je m’étais souvent dit “mais à quoi servent ces gens là à méditer et à prier toute la journée ».. et bien , j ‘ai fait ça.

Plantons le décor:

Après cet arrêt brutal de ma vie de médecin urgentiste, je décidais de retourner dans mon village, non pas pour retourner à mes racines, mais plutôt pour me ressourcer.
Ce village est Crouy sur Ourcq, perché au nord est de la Seine et Marne, à la frontière de l’Aisne.

Cela fait 35 ans que j’ai quitté cette campagne : tout d’abord pour suivre mes études ( cette expression m’a toujours étonnée, suivre ses études, et pourquoi pas l’inverse..), puis le travail, le gout des urgences et de l’hopital public, de la santé publique! et les voyages…
La mission de “Ma case à soins » est de faire le tour des déserts médicaux afin de vous aider à devenir acteur de votre santé, de proposer un médecin de secours et de recours dans les zones en difficulté grâce à une médecine itinérante, de promouvoir les médecines traditionnelles et l’herboristerie selon les recommandations de l’OMS.
Ma surprise fut immense quand à peine mon sac à dos posé, j’ai réalisé que la vallée de mon enfance était une zone rouge, un désert médical! Puis via les réseaux sociaux, j’apprends qu’une pétition est déposée en mairie pour signaler aux autorités compétentes le manque de médecins.

ARS désert médical IDF
Le choc!
Un médecin est en poste 3 matinées par semaine, en plus de son activité habituelle, pour aider.. un réél engagement de sa part.. là où il faudrait être 4, il est à moitié!
Je suis allée donc visiter la maison médicale, projet pour lequel j’avais été invitée par Martine, une des infirmières, il y a des années, bien avant que la premiere pierre soit posée.
Bref, le projet « case à soins » venait de commencer avant même que j’en prenne conscience!

Alors, on fait quoi?

Je suis actuellement en poste aux urgences de Fort de france, je n’ai pas exercé de médecine générale depuis …. très longtemps, trop longtemps…
Je vis en Martinique! et j’y ai mon métier, mes amis, mes amours et mes emmerdes!
3 semaines de réflexion s’imposaient!
bref “ma case à soins »a pris le dessus…et je n’ai plus qu’à suivre ce projet!
Tout va à nouveau très vite!! Tellement vite, que je réalise que je dois déjà faire le deuil de ma vie d’avant, ma vie de médecin urgentiste ultra rapide et sans sommeil. Mon corps ne supporte plus. Et là, il me faut encore un peu de temps.

Comme dans l’avion , on vous dit d’une voix calme et posée: “en cas de dépressurisation, mettez le masque à oxygène sur votre face, et respirez tranquillement. Puis, occupez vous des autres! ” Pas de détox sans stop a l’intox…
Bref, après avoir appeler partout où je pouvais pour savoir comment recycler un toubib comme moi, et n ‘avoir reçu aucune réponse, j’ai pris rendez-vous avec L’ARS…

Une case à soins!

« Ma case à soins » devient une évidence!
Ok, il me manque 1/3 du budget. Est-ce important? Je ne crois pas! L’histoire est en route les amis! et on va le faire! La case à soins ne peux pas exciter sans vous! car “ma case à soins”, c’est vous et pour vous!

La morale de cette histoire:

 Pour être en accord avec vos valeurs, réfléchissez à ce qui vous freine, vous empêche de réaliser vos rêves.
Cultivez à chaque instant le désir ardent de ce que vous souhaitez pour vous, vous d’abord!
Faites le deuil de ce qui vous retient, vos habitudes, votre confort! et sortez de votre zone de confort!
Le bonheur se trouve là, juste derrière la peur! et pour passer le pas, engagez vous!

J’ai lu attentivement les propositions de mon ministre concernant les déserts médicaux..alors il est temps que je fasse ma proposition.Toutes vos idées sont bienvenues!

“ma case à soins”, c’est vous.

Si cet article vous a plu, merci de partager et de commenter, c’est le moment!! du fond du coeur, Merci.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    484
    Partages
  • 484
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *